Centre de conservation et d'étude

LE CENTRE DE CONSERVATION ET D’ETUDE DES COLLECTIONS ARCHEOLOGIQUES DE LA CHARENTE

Depuis 2013, l’Etat a labélisé le dépôt de fouille départemental de la Charente : Centre de conservation et d’étude (CCE). 

Le Centre de conservation et d’Etude de la Charente est dépositaire du mobilier archéologique de près de 280 sites, ce qui représente le stockage d’environ 2 800 caisses. Les collections sont issues de fouilles préventives et programmées, de diagnostics, de prospections et de découvertes subaquatiques. 

Cet équipement de 3 000 m², situé à 15 minutes d’Angoulême, offre aux chercheurs 1600 m² d'espace de stockage, 600 m² d’espace de traitement et d'études, ainsi que des modules fermés (réserves sensibles, espaces administratifs,…). Une annexe du dépôt est installée à Chassenon, à proximité du site gallo-romain de Cassinomagus.

Les archéologues y assurent les missions scientifiques de conservation (art. 1 de la convention de Malte - 10 janvier 1996) et de recherche, tout en favorisant l’accessibilité du mobilier et de la documentation aux chercheurs et aux étudiants. 

La gestion et le contrôle scientifique sont placés sous la responsabilité du service patrimoine historique. Les prêts, les autorisations de sorties et les versements de collections sont réalisés sous le contrôle et la responsabilité de la DRAC Nouvelle-Aquitaine. 

L’accueil dans le cadre d’une étude sur des collections archéologiques, fait l’objet d’une autorisation donnée par le conservateur régional de l’archéologie après examen de la demande (cf. formulaire). 

EN SAVOIR +

Le dépôt est accessible librement le jeudi et le vendredi de 9h à 12h et de 13h à 17h.
Du lundi au mercredi, l’accès au dépôt est possible uniquement sur rendez-vous.

06 72 59 83 47

Règlement intérieur (Pdf 55 Ko)

Formulaire de demande d’accès (Pdf 55 Ko)

LES COLLECTIONS

Le Centre de Conservation et d’Etude contribue à la connaissance du territoire à travers les collections et objets archéologiques qu'il conserve et qu’il met à disposition des  chercheurs et étudiants. 

Les collections accessibles concernent à la fois des fouilles anciennes (19e et 20e siècle), mais également les programmes de recherches et fouilles préventives actuels :

- sites préhistoriques : Chaire-à-Calvin, Montgaudier, Le Placard,… ;

- sites néolithiques : Chenommet, Fontenille,… ;

- sites gallo-romains : Chassenon, Luxé, Paizay-Naudouin-Embourie,… ;

- sites médiévaux : Villebois-Lavalette, Merpins, Villejoubert, Andone, Saint-Cybard à Angoulême, Saint-Martin à Cognac,… ;

- grands travaux d’Angoulême (1988 et 1994) : Palais de Justice, Cours de Chapeau-Rouge, Îlot Chabrefy,… ;

- travaux liés au contournement d’Angoulême et à la réalisation de la 2X2 voies de la RN10 ;

- travaux de construction de la LGV SEA, dans sa portion comprise entre Bordeaux et le nord de la Vienne.

CERAMOTHEQUE

Le Centre de Conservation et d’Etude a établi un tessonnier pour l’époque médiévale. L’objectif est de développer une spécificité à ce lieu et de transmettre les données à l’échelle nationale, notamment par les réseaux Iceramm (Information sur la CÉRAmique Médiévale et Moderne) et RIGMA (Réseau interprofessionnel des gestionnaires de mobilier archéologique).

Le réseau Iceramm regroupe un réseau d'archéologues-céramologues provenant de différents horizons institutionnels (Université, CNRS, INRAP, Collectivités territoriales, Ministère de la Culture, Musée...) et a pour objectifs la mise en ligne d'une base de données bibliographiques et l'élaboration d'une base de données spatialisées sur la céramique, centrée sur l'élaboration de notices. Le coordinateur est Philippe Husi, (Ingénieur de recherche, CNRS, UMR CITERES-LAT).

Le réseau RIGMA, coordonné par l’État, met en relation l’ensemble des gestionnaires de dépôt au niveau national, afin d’échanger sur diverses problématiques et questions au sujet de la conservation des mobiliers et partager des données concernant les collections.